Le Tajwid. De quoi s’agit-il ? Ce terme de la langue arabe intrigue, en raison du fait qu’on l’entend très souvent dans les discussions qui font allusion à la science du Coran. Après avoir lu cet article, sa définition n’aura plus de secrets pour vous. Et sur notre site internet, vous trouverez de nombreux ouvrages et produits en lien avec celui-ci.

Définition du Tajwid

Que veut dire le mot “Tajwid” ? Bien évidemment, dans la langue arabe, ce terme dispose d’une définition linguistique qui signifie “embellissement”. Cependant, on retrouve dans la terminologie liée à la science du Coran une définition bien plus détaillée.

Le Tajwid correspond en effet à la récitation du Quran de la meilleure des manières. Cela implique une bonne prononciation des différentes lettres qui forment les différents mots, qui forment les versets. L’étudiant du Tajwid ambitionne donc de psalmodier la parole d’Allah telle qu’elle a été révélée au messager d’Allah, que la paix et la bénédiction soient sur lui.

On ne cessera pas de rappeler qu’il s’agit d’une science propre au Coran seulement, et non pas à la langue arabe. Il incombe à chaque musulman de l’étudier pour, au moins, prononcer la parole d’Allah tel qu’il se doit. Une mauvaise prononciation du Coran peut en transformer le sens. Or, la transformation du sens dans la prière entraîne l’invalidité de celle-ci.

Les différents niveaux de lecture

Le Coran se récite de trois façons différentes :

  • At-Tahqîq : ce niveau correspond à la récitation la plus lente. Celle-ci pousse à la méditation. De plus, elle permet d’entendre toutes les règles de Tajwid de façon explicite.
  • Al-Hadr : dans ce cas de figure, le rythme de la récitation est plutôt rapide, comparable à la parole en islam. Les récitateurs l’utilisent en général dans le cadre de l’apprentissage et/ou de la révision.
  • At-tadouir : il s’agit d’une psalmodie qui se situe entre les deux niveaux évoqués plus haut.

Pour quelles raisons ont été instaurées les règles de Tajwid, me direz-vous ? Le monde musulman n’a cessé de s’étendre après la mort du messager d’Allah. Des millions d’individus ont embrassé l’islam, et ont donc fait du Coran un compagnon du quotidien. Cependant, bon nombre d’entre eux n’étaient ou ne sont pas arabophones.

Certains peuples disposent donc d’une langue et d’une prononciation qui leur est propre. Les règles de récitation du Coran ont donc pour mission de préserver la prononciation authentique des versets coraniques.

Les savants les ont donc posés noir sur blanc et transmis à leurs disciples afin que les gens puissent psalmodier le Coran tel que Jibril, aleyhi selem, la transmis au messager d’Allah. Aujourd’hui encore, cette science se transmet de génération en génération.

Une science à part qui requiert des efforts

Les règles de psalmodie du Coran englobent plusieurs domaines. On retrouve notamment la connaissance des :

  • Caractéristiques des lettres.
  • Points de sortie, d’articulations des différentes lettres.
  • Règles de Tajwid.
  • Endroits où le récitateur a le droit de faire une pause ou non …

Pour conclure, on tient à vous rappeler que l’étude de sa science incombe à la communauté musulmane et non pas à chaque musulman. Dans la science légiférée, on appelle cela “fard kifaya“. Ainsi, si une partie de la Oumma s’attèle à l’étude de cette science, les autres n’ont pas l’obligation de l’apprendre.

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site web. En naviguant sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies